Je me revois encore…

Je me revois avant mes 14 ans, quand j’avais une « bande ». J’avais une meilleure amie avec qui je partageais tout. On allait chez elle après les cours. C’était aussi la période où on s’intéresse aux garçons. On se voyait tous les week-ends puis on allait rejoindre d’autres amis. On allait manger mcdo, kebab, on allait au cinéma, a la piscine, on rigolait sans cesse. C’était si bien, si simple. Le collège j’adorais ça. S* ma meilleure amie avait des facilités a apprendre, alors pendant les contrôles, elle m’aidait. D’où la remarque sur un de mes bulletins de fin d’année en anglais « Si il y avait un 4eme trimestre, j’aurai surveillé C* ». Bon ok, je me suis fais avoir. Mais bon, j’ai passé le cap et je suis arrivée en seconde.
C’est si bon d’avoir des amis, de rire, de se disputer, de se confier, de faire des sorties, des soirées, etc. J’en avais pas mal, mais quand j’ai dérivé, j’ai tout perdu. Les parents de ma meilleure amie lui on dit de s’éloigner de moi suite à la T.S que j’ai fait en cours de sport.
Des détails qui font mal. Mais je ne retiens que le meilleure de ces années entre amis.

Maintenant c’est comment ? Une meilleure amie rencontrée a l’UPA et personne d’autre. Les hommes? J’ai eu assez d’échecs. J’arrive pas a me projeter, j’arrive pas a aimer, j’ai envie d’aucun rapport. La maladie y est pour beaucoup. La maladie a ruiner ma vie petit a petit.
J’apprends a vivre avec ma maladie. Elle ne m’arrêtera pas. Je n’ai pas mon permis, alors, je vais m’y mettre. Mais bien entendu un médicament prescrit par le psychiatre m’a changé la vue. J’ai besoin de lunette. Des médicaments, encore et encore. J’ai eu une longue période qui n’est pas si lointaine que ça où je me réveillais, je baladais mon chien K* et je prenais deux médicaments pour dormir pendant trois heures. Combien de fois j’ai fait des malaises a cause d’un médicament. Seule chez moi. Ou une fois dans la rue. Heureusement il n’y avait personne. Combien de fois j’ai été aux urgences. Les médicaments sont devenus mes fidèles amis pour combler ce grand vide intérieur. Je n’ai envie de rien. L’avenir je ne le vois pas. J’ai l’impression d’être une incapable.
Donc qu’est ce que je fais de mes week-ends? J’écris, je regarde des films, je sors le chien, je téléphone, bref un mélange d’ennui et de détresse.

Heureusement que j’ai pu voir, grâce a ma mère, ma psychologue. Je pense que personne ne m’a jamais autant prit au sérieux, ou aussi bien conseillée. Ca va faire trois ans, déjà. Oui, a une période j’ai laissé mon suivi de côté, pensant que je gérais. Tant que j’avais mes médicaments, pourquoi me déplacer pour parler? Puis je déteste que l’on me cerne. Je suis une mauvaise personne et je fais du mal aux gens que j’aime. Je suis une erreur. Du moins je me considère comme tel.
J’ai envie de m’en sortir dans la vie, mais je pense que les troubles alimentaire seront toujours là. On pourra dire, comme ma mère, que je fais un  » régime », on pourra dire que c’est un manque de « volonté », bref, quoiqu’on en dise, je sais que je suis malade. J’ai passé l’étape du déni. Mais pas tout le monde apparemment.

L’anorexie, l’hyperphagie, la boulimie. C’est ça mon enfer. Mais je n’arrive pas a m’en sortir. On pourra me dire  » Quand on veut on peut », je dirai  » Si seulement vous pouviez prendre ma place »

Donc oui, je suis passée par des phases avec beaucoup d’amis, maintenant il ne me reste que mes médicaments et heureusement ma meilleure amie qui m’a soutenue depuis l’UPA. Et je serai toujours là pour elle, comme elle est pour moi.

Sayline

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.