Une rencontre inattendue

Ca arrive comme ça, sans le vouloir. Une rencontre, un coup de coeur, dès heures au téléphone, des projets, des envies communes. Ca me donne le sourire. Il m’accepte avec mes tca et me dit qu’il sera là, que on a chacun nos démons. J’ai pu parler a sa mère. Tout va vite, mais c’est comme un coup de foudre, ça arrive sans prévenir. Le sourire au lèvre a chaque message. Comme une folle. Ca fait du bien.

Sinon, les tca sont de plus en plus présente. J’ai fait les boutiques ce matin, sayez je rentre de nouveau dans du 10 ans en pantalon. Les hauts en XS. Je ne sais quoi en penser. Mon poids chute. J’arrive a manger 400 calories par jour, sinon ça passe pas. Où vais-je aller? En clinique encore? Mais mince a la fin ! J’ai pas besoin d’hôpital. Cette fois-ci c’est mon combat. Pas besoin de médecin.
Mon suivi me manque. Ma psychologue est la seule qui me comprenne. J’ai besoin d’elle. J’ai besoin de soutien et non entendre « C’est une question de volonté » ou « Tu es la seule a pouvoir changer ». Stop. Ils ne connaissent pas ma maladie au bout de 11 ans. Oui c’est un coup de gueule parce que j’en ai marre. Mince a la fin, vous voulez pas vous renseignez sur la maladie et bien tant pis, j’en parlerai plus. C’est fou ça, ne pas essayez de comprendre et juger. Ca me rend dingue.

Cette rencontre me fait un bien fou. Quelqu’un qui me juge pas. Quelqu’un qui se dit prêt a m’aider et me soutenir. C’est ça dont j’ai besoin. Pas des « Tu as le contrôle de ta vie ». La j’en ai marre. Ma famille ne veut pas me comprendre et bien tant pis ! Là, j’en ai marre. Donc non je n’irai pas a Barcelone car je suis fatiguée, que j’arrive pas a marcher pendant 4h, que je peux pas aller aux restaurants. Non je peux pas et je sais que je me prive d’un super séjour en famille. Mais je prends pas le risque de finir dans les pommes a Barcelone. Déjà que j’apprends qu’on va passer une semaine chez ma grande soeur, ça me fait plaisir, mais les repas, je ne suivrai pas. M*rde a la fin, je dois faire quoi pour être soutenue?

Oui mon suivi me manque.

Le lendemain : Je suis plus calme. Mais je reste dans mon questionnement, pourquoi nous, personnes malades, on ne peut pas réussir a se faire comprendre? Faut-il être a 300kg ou 20 kilos pour être pris au sérieux ? Faut-il atteindre les extrêmes, pour qu’on soit écouté? Mais où va t-on ? C’est déjà une maladie très sérieuse qui est une souffrance extrême, alors quand personne ne se donne la peine de comprendre, ça fait mal. Oui très mal. Alors il faut rien dire? C’est ce que je vais faire je crois. Ce serait mieux! Je vais attendre patiemment de retrouver mon suivi.

Je sais que le thème de cet article devait parler de cette belle rencontre. Et bien oui, j’ai peut-être ma maladie, mais j’ai aussi trouvé quelqu’un qui respecte ça. Ca fait du bien. Mais je ne ferai pas les mêmes erreurs qu’avant.  Je ne précipite rien. Doucement mais surement. La vie continue.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.